Turkey: A Test for European Values

*Source: A Haber ©

Turkey: A Test for European Values

You may find this article below in French language

This is moral blindness – self-chosen, self-imposed, or fatalistically accepted – in an epoch that more than anything needs quickness and acuteness of apprehension and feeling. In order that we regain our perceptiveness in dark times, it is necessary to give back dignity as well as the idea of the essential unfathomability of human beings (…) – Zygmunt Bauman and Leonidas Donskis, Moral Blindness: The Loss of Sensitivity in Liquid Modernity.

An European Assessment – a manifest disrespect for the independence of judiciary in Turkey

Indisputably, the current situation in Turkey is characterized by an affront towards basic standards of independence of Judiciary. In the November issue of Research Turkey, Christophe Regnard, the then recently elected President of International Association of Judges, wrote an article, symptomatically named “Turkey: The End of the Rule of Law”, indicative of how aloof Turkish Government is from its international commitments and European democratic standards (Regnard, C., “Turkey: The End of the Rule of Law”, Vol. V, Issue 11, pp.16 –http://researchturkey.org/?p=13021)

The main concern was already about the troubling and shocking indifference revealed by the European authorities; therefore the challenge for all European associations of Judges remains until this very day unchanged: “to ensure that the approach to the situation in Turkey is not trivialised and that the European authorities do not turn a blind eye to the unprecedented attacks on the judiciary in a European country. “However the recent statements of several European institutions seem to finally initiate a diverse path of awareness and disapproval.

Some concrete examples can be considered:

I) December 8th: the European Network of Councils of Judiciary (ENCJ) decided, in General Assembly, to suspend, with no Council voting against, the observer status of the Turkish Judicial Council (Hakimler ve Savcılar Yüksek Kurulu, in Turkish, HSYK). Thus the HSYK is now excluded from participation in ENCJ activities. The reasoning of the ENCJ was impressive: “it is a condition of membership, and for the status of observer, that institutions are independent of the executive and legislature and ensure the final responsibility for the support of the judiciary in the independent delivery of justice. (…) taking into account the failure of the HSYK to satisfy the ENCJ that its standards have been complied with, the statements of the HSYK, as well as information from other sources including the reports and statements of the European Parliament, the European Commission, the Human Rights Commissioner of the Council of Europe and Human Rights Watch and the Venice Commission, the ENCJ decided that the actions and decisions of the HSYK, and therefore the HSYK as an institution cannot be seen to be in compliance with European Standards for Councils for the Judiciary. Therefore, the HSYK does not currently comply with the ENCJ Statutes and is no longer an institution which is independent of the executive and legislature ensuring the final responsibility for the support of the judiciary in the independent delivery of justice.”

II) November 28th: the Platform for an Independent Judiciary in Turkey, which is formed by the four European judges associations, the Association of European Administrative Judges (AEAJ), the European Association of Judges (EAJ), the Judges for Judges, and the Magistrats Européens pour la Démocratie et les Libertés (MEDEL), issued a joint statement in the form of a letter to the President of ENCJ.

In the text, the Platform stated clearly that HSYK does not meets European standards, most of which are laid down in Opinion Nº 10 (2007) of the Consultative Council of European Judges “On the Councils for the Judiciary at the Service of Society” (hereinafter to be referred to as “Opinion”) and in the Recommendation (2010) 12 of the Committee of Ministers of the Council of Europe on Judges: Independence, efficiency and Responsibilities (hereinafter Rec.).

Summarizing the content of the letter, it is said in the letter that the mission of a council for the judiciary is to defend both the independence of the judiciary and the independence of the individual judge (Opinion para 8; Rec. para 26 and 29), but that HSYK did not defend the judiciary against measures of the executive and legislative powers, which infringed the independence of the judiciary e.g. by changes of the law regarding the High Council of Judges and Prosecutors and by amendments of the law on the Cassation Court and the Council of State, which deprived judges of their positions in these courts. HSYK also ignored the independence of numerous individual judges e.g. by removing the immunity of judges and by allowing criminal investigations against judges without previous investigation into whether there were any suspicion that claims, which were put forward, had any basis, and also by starting disciplinary proceedings on the basis of the content of decisions made by judges (which were only concerned with establishing facts and interpretation of the law).

HSYK adopted a decision with only 62 pages of reasoning as sufficient to dismiss thousands of judges. Security of tenure of office is a core element of the independence of a judge and the dismissal of judges should be used only in case of misuse of the exercise of office (e.g. UN Basic principles on the Independence of Judiciary, Opinion para 95, 92, 63 , Rec para 49 and 50). However, the letter continues, the procedure of HSYK completely contradicts these requirements. The procedure is especially totally inadequate when the criminal investigations used as the occasion to sack those judges are still in a pre-trial stage; the principle of the presumption of innocence, which is enshrined in Article 5 of the ECHR was consequently completely ignored, if not violated.

III) December 9th: An Opinion adopted by the Council of Europe’s constitutional law experts – the Venice Commission – concludes that the Turkish Government implemented its emergency powers through ad hominem legislation. Thus, “tens of thousands of public servants” were dismissed on the basis of lists appended to emergency decree laws. Those collective dismissals did not refer to verifiable evidence which related to each individual case. According to the Opinion, the speed with which those lists appeared implies that the collective dismissals were not accompanied even by a minimum of procedural safeguards; those dismissals apparently are not subject to judicial review by the ordinary courts, or, at least, the accessibility of judicial review remains a matter of controversy. And the Venice Commission concludes that such method of purging the State apparatus creates a strong appearance of arbitrariness.

Concerning judges the Opinion could not be more clearer: “judges represent a special category of public servants, whose independence is guaranteed at the constitutional and international levels (see the ICCPR, Article 14 § 1, and the ECHR, Article 6 § 1). Therefore, any dismissals within the judiciary or the regulatory bodies of the judiciary such as the HCJP, for example, should be subjected to particularly exacting scrutiny, even in times of a serious public emergency. Such dismissals not only affect human rights of the individual judges concerned, they may also weaken the judiciary as a whole. Finally, such dismissals may create a “chilling effect” within the judiciary, making other judges reluctant to reverse measures declared under the emergency decree laws out of fear of becoming subjects of such measures themselves.”

IV) November 16th: The Steering Committee of European Judicial Training Network (EJTN), at its meeting in Brussels, has decided to temporarily and provisionally suspend from the status of Observer which had been granted to the Academy of Justice of Turkey and to submit to EJTN’s next General Assembly, on 22 – 23 June 2017, a recommendation towards a formal resolution on the suspension of the status as Observer of the Academy of Justice of Turkey. One of the notes of the Steering Committee mentioned a particular apprehension: “the persisting reports on the arresting, suspension or removal from office of judges, and their deprivation of property, without any adequate procedure and in disrespect of the independence of the judiciary”.

A different perspective

All the institutional effort provided by EAJ/IAJ addresses only one viewpoint of the problem. But another perspective is linked with the due solidarity to the several thousand judges and prosecutors jailed, dispossessed of their assets, living in a condition that puts in peril even daily survival along with their families. It becomes unavoidable to draw attention to all these persons immersed in such a cruel circumstance experiencing a radical turnaround of their existence after years of having an economic and social status of what had been thought guaranteed by their technical expertise and judicial work. Belonging to an intellectual elite, selected after an appointment procedure based in merit criteria, thousands of judges and prosecutors in Turkey are confronted with a painful daily routine in prison or, if released, confronted with unemployment and again with the arduous mission of providing for the daily survival of their families.

All European associations of Judges, along with the judges worldwide, are perfectly alert to the present torment of Turkish judges and prosecutors and reject endorsing a moral blindness that ignores human suffering in such dark times.

A Commitment against Injustice

“In the little world in which children have their existence”, says Pip in Charles Dickens’s Great Expectations, “there is nothing so finely perceived and finely felt, as injustice.” (…) But the strong perception of manifest injustice applies to adult human beings as well. What moves us, reasonably enough is not the realization that the world falls short of being completely just – which few of us expect – but that there are clearly remediable injustices around us which we want to eliminate.” – Amartya Sen, “The idea of Justice” (preface).

As Amartya Sen lucidly wrote in a scenario that utterly applies to the Turkish judiciary nowadays, the reaction from Europe towards the ruthless attacks against judicial independence should not be focused, at least on a short-term basis, on a discussion about how justice finally can be offered to judges and prosecutors in Turkey.  That will be a misleading manner to do nothing while speculating on improbable outcomes. The Turkish authorities are not concerned in restore justice to those judges and prosecutors and they will continue to act in the exact same routine irrespective of international clamour.

What should be “finely perceived and finely felt” by those who promote the Rule-of-Law is the current situation of injustice – vivid and irrefutable – imposing a robust and immediate response.

The numerous facts currently known indicate that the Turkish Government is using the opportunity to purge the judiciary, submitting to detention alleged members of Gülenist Terror Organisation (Fethullahçı Terör Örgütü, FETÖ) in clear violation of Articles 3.º, 5.º and 6.º of European Convention on Human Rights. The detention of judges and prosecutors is a disconcerting indication that Turkey is stepping away from democracy; because those who are still in office who have not been suspended or arrested will surely feel pressured to comply with the executive power. The actions taken by the Government are also very troubling considering that Turkey has been convicted several times in the European Court of Human Rights for violations of the above mentioned Articles, without visible improvements regarding fundamental rights that now seems to be even more in peril. Hence the commitment against injustice calls from European judges an attitude of support and assistance for our Turkish colleagues.

The level of injustice – thousands or detentions, cruel treatment if not continuous torture, the seizing of assets in a way that puts at risk the plain survival of their families – is so overwhelming that this commitment must be shared by the main European stakeholders involved in defending a culture of respect for human rights.

Each week we receive in our secretariat in Rome many letters written mostly by the wives, sons and daughters of arrested judges and prosecutors; they appeal, in a desperate tone, for help.  To the same effect, the “Preliminary observations and recommendations of the United Nations Special Rapporteur on torture and other cruel, inhuman and degrading treatment or punishment” from Mr. Nils Melzer, on the official visit to Turkey (27 November to 2 December 2016), published a personal appeal to the Turkish Government “to publicly reinforce its “zero tolerance” policy on torture and, in particular, to unequivocally make clear to State officials at all levels that they are expected and, indeed, obliged to report and investigate all allegations of torture and to bring perpetrators to justice.”

Although always resilient and abiding, even hope needs to be nourished with concrete and pragmatic behaviour. Therefore, although facing numerous difficulties to put an effective strategy on the ground, EAJ/IAJ is now involved in providing financial assistance to the families of Turkish judges and prosecutors. The new Fund is composed of donations from national associations of judges or from any other institutions or individual donors.

Our certainty relies on the prospect that the present situation is temporary and that inevitably normality will return permitting all those colleagues, helped by their peers, to be reinstated in their judicial duties.  But meanwhile it is our duty to do something about it; obeying an ancient lesson of practical conduct, that is enshrined on our European culture, which was advanced many centuries ago by Aristotle’s words: “For the things we have to learn before we can do them, we learn by doing them, e.g. men become builders by building and lyre players by playing the lyre; so too we become just by doing just acts” – Nicomachean Ethics by Aristotle written in 350 B.C.E.

The present attitude taken by the Association of Judges claims also to challenge others international organizations in Europe. The core values that constitute our civilized identity should entail the same collective response. Europe must surpass this difficult test; let us all believe that it will succeed.

José Igreja Matos, President of European Association of Judges (EAJ)

Please cite this publication as follows:

Matos, J. I. (January, 2017), “Turkey: A Test for European Values”, Vol. VI, Issue 1, pp.6 – 14, Centre for Policy and Research on Turkey (ResearchTurkey), London, Research Turkey. (http://researchturkey.org/?p=13149)

  • You may find this article below in French language:

Turquie: un test pour les valeurs européennes

« C’est un aveuglement moral – auto-choisi, auto-imposé ou fatalement accepté – dans une époque qui, plus que tout, a besoin de rapidité et de vivacité d’appréhension et de sentiment. Afin de retrouver notre lucidité dans ces temps sombres, il est nécessaire de redonner la dignité ainsi que l’idée de l’insondabilité essentielle aux êtres humains (…) » – Zygmunt Bauman et Leonidas Donskis, Moral Blindness: The Loss of Sensitivity in Modernité liquide (traduction libre).

Une évaluation européenne –  Une absence évidente d’indépendance du pouvoir judiciaire en Turquie

Indiscutablement, la situation actuelle en Turquie se caractérise par un avilissement des normes fondamentales d’indépendance de la magistrature.

Dans le numéro de novembre de Research Turkey, Christophe Regnard, récemment  élu président de l’Union Internationale des Magistrats, a rédigé un article intitulé «Turquie: la fin de l’état de droit», indiquant à quel point le gouvernement turc s’est éloigné des standards européens et de ses normes démocratiques (Regnard, C., “Turquie: la fin de l’état de droit”, Vol. V, numéro 11, pp.16).

L’inquiétude principale concernait alors la troublante, et même choquante, indifférence des autorités européennes. Le défi pour toutes les associations européennes de juges reste, à ce jour, le même : «assurer que le regard sur la situation en Turquie ne se banalise pas et que les instances européennes ne détournent pas les yeux face aux attaques sans précédents subies par l’autorité judiciaire dans un pays européen.»

Toutefois, les récentes déclarations de plusieurs institutions européennes semblent démontrer un changement de cap, une sensibilisation à la situation en Turquie et une désapprobation des mesures adoptées par le Gouvernement turc.

Quelques exemples concrets doivent être signalés:

I) Le 8 décembre, le Réseau Européen des Conseils de la Justice (RECJ) a décidé, en Assemblée générale, de suspendre, sans aucun vote contre, le statut d’observateur du Conseil de la magistrature turque (HSYK). Ainsi, le HSYK est désormais exclu de la participation aux activités de cette Réseau.

Le raisonnement du RECJ doit être souligné : «L’une des conditions d’adhésion au Réseau, qui vaut aussi pour obtenir le statut d’observateur, est que les Conseils de Justice soient des institutions indépendantes de l’exécutif et du législatif et assurent la responsabilité ultime de maintenir l’indépendance du pouvoir judiciaire (…). Compte tenu du fait que le HSYK n’a pas donné les assurances au RECJ que ses normes ont été respectées, compte tenu aussi des déclarations du HSYK, ainsi que des informations provenant d’autres sources, notamment les rapports et déclarations du Parlement européen, de la Commission européenne, du Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, de Human Rights Watch et de la Commission de Venise,  le RECJ a décidé que les actions et décisions du HSYK, en tant qu’institution, ne peuvent être considérées comme conformes aux normes européennes concernant les Conseils de Justice.

Par conséquent, le HSYK ne répond plus actuellement aux statuts du RECJ, en ce qu’il n’est plus une institution indépendante de l’exécutif et du législatif assurant la responsabilité ultime de soutenir le pouvoir judiciaire afin de permettre la délivrance de décisions de Justice par les juges en toute indépendance ».

II) Le 28 novembre, la Plateforme pour une Justice Indépendante en Turquie, composée de quatre associations européennes de juges – l’Association des Juges Administratifs Européens (AEAJ), l’Association Européenne des magistrats (AEM), Judges4Judges et Magistrats Européens pour la Démocratie et les Libertés (MEDEL) – a publié une déclaration conjointe sous la forme d’une lettre adressée au Président de RECJ.

Dans le texte, la Plateforme a déclaré clairement que le HSYK ne respectait pas les normes européennes recommandées aux Etats membres du Conseil de l’Europe, et notamment celles qui figurent dans l’Avis n ° 10 (2007) du Conseil Consultatif des Juges Européens « Sur les Conseils de la Magistrature au Service de la Société » (ci-après «Avis») et dans la Recommandation (2010) 12 du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe sur les Juges: Indépendance, efficacité et Responsabilités (ci-après Rec.).

En résumé, il est dit dans la lettre que la mission d’un conseil de la magistrature est de défendre à la fois l’indépendance du pouvoir judiciaire et l’indépendance du juge pris individuellement (Avis par. 8, Rec. 26 et 29). Or, le HSYK n’a pas défendu le pouvoir judiciaire contre les mesures prises par les pouvoirs exécutif et législatif qui portent atteinte à l’indépendance du pouvoir judiciaire, notamment en ce qui concerne :

  • les modifications de la loi concernant le Conseil supérieur des juges et Procureurs,
  • les modifications apportées à la loi sur la Cour de Cassation et le Conseil d’Etat, qui privent les juges de leurs positions devant ces juridictions,
  • l’influence du gouvernement lors de l’élection des membres du HSYK.

De même, le HSYK a également ignoré l’indépendance de nombreux juges pris individuellement, par exemple :

  • en levant l’immunité et en autorisant des enquêtes pénales à l’encontre des juges sans vérifications préalables de l’existence de bases sérieuses de poursuite,
  • en ouvrant des procédures disciplinaires sur la base du contenu des décisions juridictionnelles rendues (constatation des faits et interprétation de la loi)
  • en mutant des juges sans suivre le cadre juridique existant.

Enfin, le HSYK a décidé de démettre définitivement de leurs fonctions plusieurs milliers de juges dans une décision de seulement 62 pages de raisonnement général et non individualisé.

La sécurité du mandat est pourtant un élément essentiel de l’indépendance d’un juge et le licenciement des juges ne devrait être utilisé qu’en cas de détournement de l’exercice du pouvoir (voir, par exemple, les principes fondamentaux de l’ONU sur l’indépendance de la magistrature, par. 95, 92, 63, Rec. paragraphes 49 et 50). La procédure adoptée par le HSYK contredit à l’évidence complètement ces exigences. La procédure est tout particulièrement insuffisante lorsque des enquêtes pénales parallèles sont encore en cours et qu’aucune preuve n’est avérée. Manifestement, le principe de la présomption d’innocence, consacré par l’article 5 de la CEDH, est ignoré.

III) Le 9 Décembre, un Avis adopté par les experts du droit constitutionnel du Conseil de l’Europe – la Commission de Venise – a conclu que le gouvernement turc avait mis en œuvre ses pouvoirs d’urgence par une législation « ad hominem ». Ainsi, «des dizaines de milliers de fonctionnaires» ont été licenciés sur la base de listes annexées aux lois d’urgence. Ces licenciements collectifs ne faisaient pas référence à des éléments de preuve vérifiables relatifs à chaque cas particulier. Selon l’Avis, la rapidité avec laquelle ces listes apparaissent implique que les licenciements collectifs ne sont pas accompagnés d’un minimum de garanties procédurales. Ces licenciements n’ont apparemment pas été soumis à un contrôle judiciaire par les tribunaux ordinaires ou, au moins, à un contrôle judiciaire irréfutable. La Commission de Venise conclut qu’une telle méthode de purge de l’appareil d’Etat a crée une forte apparence d’arbitraire.

Pour les juges particulièrement, l’Avis ne peut être plus clair : «les juges représentent une catégorie spéciale de fonctionnaires dont l’indépendance doit être garantie aux niveaux constitutionnel et international (Voir le Pacte international relatif aux droits civils et politique, article 14 § 1 et la Convention européenne des droits de l’homme, article 6 § 1). Par conséquent, tout licenciement au sein du pouvoir judiciaire ou des organes de réglementation du pouvoir judiciaire, comme le HSYK, devrait être soumis à un examen particulièrement rigoureux, même en cas d’urgence publique grave. Ces licenciements affectent en effet non seulement les droits de l’homme des différents juges concernés, mais ils peuvent également affaiblir l’ensemble du pouvoir judiciaire. Enfin, ces licenciements peuvent créer un «effet de refroidissement» au sein du pouvoir judiciaire, ce qui rend d’autres juges réticents à s’opposer aux mesures prises en vertu des lois d’urgence par crainte de devenir eux-mêmes sujets de ces mesures ».

IV) Le 16 Novembre : Le Comité Exécutif du Réseau européen de formation judiciaire (REFJ) a décidé, lors de sa réunion à Bruxelles, de suspendre temporairement l’Académie de Justice de Turquie de son statut d’observateur et de soumettre à la prochaine Assemblée générale, le 22 février 2017, une recommandation tendant à l’adoption d’une résolution formelle sur la suspension du statut d’observateur de l’Académie de justice de Turquie. L’une des notes du Comité pointe notamment « les rapports persistants sur l’arrestation, la suspension ou le licenciement des juges et leur privation de biens, sans procédure adéquate et sans respect pour l’indépendance du pouvoir judiciaire».

Une perspective différente

Toutes les actions entreprises jusqu’alors par l’AEM/UIM se sont concentrées sur le seul point de vue institutionnel. Mais une autre réflexion doit également être menée, c’est celle qui est liée à la solidarité individuelle vis-à-vis chacun des milliers de juges et procureurs emprisonnés, dépossédés de leurs biens, vivant dans des conditions qui menacent même leur survie quotidienne et celle de leurs familles respectives. Il devient obligatoire attirer l’attention sur toutes ces personnes immergées dans des circonstances aussi cruelles, qui subissent un revirement radical de leur existence après des années au cours desquelles elles ont joui d’un statut économique et social qu’on pensait légitiment garanti par leur expertise technique et par leur travail quotidien aux tribunaux. Appartenant à une élite intellectuelle, sélectionnés après une procédure de nomination basée sur des critères de mérite, des milliers de juges et de procureurs en Turquie vivent une vie quotidienne douloureuse en prison. Même lorsqu’ils ont été libérés, ils sont confrontés à un inévitable chômage de longue duré et l’accablante mission de nourrir leurs familles.

Toutes les associations européennes de juges, ainsi que les juges du monde entier, sont parfaitement sensibilisés sur les tourments subis par les juges et les procureurs turcs et refusent une sorte d’aveuglement moral qui ignorerait leur souffrance humaine dans ces temps sombres.

Un engagement contre l’injustice

« Dans le petit monde où les enfants ont leur existence », dit Pip dans les Grandes Espérances de Charles Dickens, « Rien n’est plus délicatement perçu, rien n’est plus délicatement senti que l’injustice » (…). Mais les adultes aussi perçoivent fortement l’injustice. Ce qui nous émeut vraiment, ce n’est pas de constater que le monde ne parvient pas à être entièrement juste (qui s’y attendrait parmi nous ?, c’est qu’il existe autour de nous des injustices manifestement réparables que nous voulons éliminer» – Amartya Sen, « L’idée de justice » (préface).

Comme Amartya Sen l’a lucidement écrit dans un texte qui s’applique totalement à la situation de la magistrature turque actuelle, la réaction de l’Europe, envers les attaques impitoyables contre l’indépendance des juges, ne devrait pas être centrée, au moins à court terme, seulement sur une discussion sur la façon dont justice pourrait être totalement rendue aux magistrats en Turquie. Ce serait une façon de ne rien faire en spéculant sur des résultats improbables. Les autorités turques ne sont manifestement pas intéressées par la restauration de la justice en faveur des juges et procureurs. Elles vont probablement hélas continuer à agir dans le même sens, indépendamment de la clameur internationale.

Ce qui devrait être «délicatement perçu » et « délicatement ressenti» par ceux qui favorisent l’Etat de Droit est la situation actuelle d’injustice – vive et irréfutable – qui impose une réponse forte et immédiate. Les nombreux faits actuellement connus indiquent que le gouvernement turc profite de l’opportunité de purger le pouvoir judiciaire, en violation flagrante des articles 3.º, 5.º et 6.º de la Convention européenne des droits de l’homme. La détention de juges et de procureurs est une indication déconcertante que la Turquie s’éloigne chaque jour davantage de la démocratie. Assurément ceux qui sont encore en fonctions, et n’ont encore été ni arrêtés, ni suspendus, se sentiront sous pression et seront tentés de se conformer au pouvoir exécutif. Les mesures prises par le gouvernement sont également  troublantes, compte tenu des condamnations à plusieurs reprises de la Turquie par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour violation des articles susmentionnés, sans que des améliorations sensibles des droits fondamentaux n’aient pu être constatées, bien au contraire.

L’engagement contre l’injustice conduit les juges européens à une attitude de soutien et d’assistance pour nos collègues turcs. Le niveau d’injustice – des milliers de détentions, des traitements cruels, voire même des allégations persistantes de torture, la saisie des avoirs qui met en danger la survie même de leurs familles – est tellement écrasant que cet engagement doit être partagé par les principaux acteurs européens impliqués dans la défense d’une culture de respect des Droits de l’Homme.

Chaque semaine, nous recevons au secrétariat de l’AEM/UIM à Rome de nombreuses lettres écrites principalement par les épouses, les fils et les filles des juges et procureurs arrêtés; ils appellent, d’un ton désespéré, à l’aide.

Dans le même sens, Mr. Nils Melzer, Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, lors de sa visite officielle en Turquie (du 27 novembre au 2 décembre 2016), a publié un appel personnel au gouvernement turc afin «de renforcer publiquement sa politique de tolérance zéro en matière de torture et, en particulier, d’indiquer sans équivoque aux fonctionnaires de l’État à tous les niveaux qu’ils sont (…) obligés de signaler et de mener des investigations sur toutes les allégations de torture et de livrer à la justice les auteurs de ces actes».

L’espoir, bien que toujours résilient, doit être nourri par des attitudes concrètes et pragmatiques. Par conséquent, même confrontée à de nombreuses difficultés pour mettre en place une stratégie efficace sur le terrain, l’AEM et l’UIM restent focalisées sur l’offre d’une aide financière aux familles des juges et procureurs turcs plus désespérées. Le nouveau Fonds est composé par les contributions des associations nationales de juges ou d’autres institutions ou même de donateurs individuels.

Notre certitude repose encore sur la perspective que la situation actuelle est temporaire et que la normalité reviendra inévitablement pour permettre aux collègues aidés par leurs pairs d’être réintégrés dans leurs fonctions judiciaires. Mais en attendant ce moment, notre devoir incontournable est de tout mettre en place pour obtenir des résultats; obéissant à une leçon pratique ancienne, consacrée dans notre culture européenne il y a plusieurs siècles, par les mots d’Aristote: « En effet, les choses qu’il faut avoir apprises pour les faire, c’est en les faisant que nous les apprenons: par exemple, c’est en construisant qu’on devient constructeur, et en jouant de la cithare qu’on devient cithariste; ainsi, c’est encore en pratiquant les actions justes que nous devenons justes » – Éthique à Nicomaque, Aristote, écrit en 350 BC.

La position adoptée par l’association des magistrats européens a aussi pour objet de mettre au défi les autres organisations internationales en Europe de faire plus et mieux. Les valeurs fondamentales qui constituent notre identité comme civilisation doivent impliquer la même réponse collective. L’Europe doit dépasser ce test si difficile; croyons tous qu’elle réussira.

José Igreja Matos

Facebooktwitterlinkedinmail

Comments

Loading Facebook Comments ...

Leave a Reply

Your email address will not be published.